Browsing Category

Lifestyle

Astuces

Quels souvenirs rapporter d’un voyage aux Antilles

souvenirs voyage en martinique antilles travel guadeloupe

Lors de notre voyage en Martinique, nous avons été confronté à tout un tas de souvenirs plus ringard les uns que les autres. Toutes nos excuses aux gérants des boutiques de ce type mais les souvenirs de Martinique fabriqués en Chine, ce n’est pas ce qui nous inspire le plus lorsque nous souhaitons apporter un peu de notre voyage à la maison. Ceci-dit, après avoir réalisé un second voyage aux Antilles il y a quelques mois (je vous en parle bientôt, promis) nous avons bien remarqué que certains types de produits reviennent facilement en tête de liste.

Les Rhums locaux

Comment parler de souvenirs des Antilles sans commencer par évoquer le rhum local ? C’est sans aucun doute LE souvenir à glisser dans votre valise. Il faut savoir que sur l’île, le prix de la bouteille est environ 3 fois moins cher qu’en Métropole ! Vous pourrez l’acheter directement à la distillerie et profiter d’une superbe visite de l’usine et de la dégustation offerte (avec modération bien sure), ou faire comme les locaux et l’acheter en grande surface… tout simplement.

Lors de notre séjour en Martinique, nous avons eu la chance d’être présents lors de la foire aux rhums chez Carrefour. Pas très dépaysant mais profiter des bons plans du supermarché nous a permis d’obtenir des tarifs plus bas qu’à la distillerie.

Les spécialités culinaire

Le dépaysement se fait par l’éveil des sens. En Martinique, nous avons découvert les épices, les fruits, les toutes les spécificités locales. Comme pour le rhum, c’est au Carrefour que nous avons fait le plein de spécialités culinaires à rapporter à la maison : Confiture de Goyave, sauce chien, épices ou bâton de cacao pur. Mon seul regret aura été de ne pas avoir rapporté un avocat, une banane et un concombre en Métropole. Non, je ne suis pas folle, c’est juste qu’ils sont tellement différent là-bas qu’en manger à notre retour m’aurait fait plaisir.

 bouteilles rhum carrefour martinique souvenir martinique specialités culinaire

Les bijoux de créateurs

Homme ou Femme, on peut toujours se trouver une petite création à se rapporter des Antilles. L’an dernier, avec Mathieu, nous nous sommes offert un collier de graine réalisé par un créateur de l’île. Un moment shopping vraiment super puisqu’il nous a expliqué l’histoire de chaque graine qu’il allait chercher lui-même aux quartes coins de l’île. Que ce soit en graines, en pierre de lave ou même en coquillages, je suis sûre que vous trouverez une création qui vous ressemble.

Les trésors de la mer

Qui n’a pas été tenté de se rapporter un coquillage en souvenir d’un voyage en bord de mer ? Les Antilles ne font pas l’exception à cette règle, qui pose problème d’un point de vue écologique. En Martinique, nous avons été à la rencontre des pêcheurs qui se débarrassaient des coquilles de Lambi. Ce magnifique coquillage, obligatoirement percé au bout, par le pêcheur (pour en récupérer le crustacé) est alors considéré comme un déchet de la pêche. Mieux vaut le voir finir en décoration dans notre salon que dans une poubelle Martiniquaise.

souvenir martinique coquillages lambi plage voyage

Lecture

BD : Josephine Baker

aklanoa blog lifestyle travel voyage lecture josephine baker

Je connaissais le personnage de Joséphine Baker : la danseuse à la ceinture banane. Le tome 1 des culottées m’avait donné très envie d’en savoir plus à son sujet. Depuis toujours, les images de Joséphine Baker, à la télévision où sur internet m’ont fasciné. Je ne connaissais pourtant rien d’elle. Lorsque j’ai croisé la bande dessinée de Catel et José-Louis Bocquet qui lui était dédiée, dans les rayons de mon espace culturel, j’ai pris la BD dans les mains pour l’acheter. Je l’ai lu en 1 morceau.

Entre glamour et humanisme, la vie tumultueuse de la première star mondiale noire.

Joséphine Baker a 20 ans quand elle débarque à Paris en 1925. En une seule nuit, la petite danseuse américaine devient l’idole des Années Folles, fascinant Picasso, Cocteau, Le Corbusier ou Simenon. Dans le parfum de liberté des années 1930, Joséphine s’impose comme la première star noire à l’échelle mondiale, de Buenos Aires à Vienne, d’Alexandrie à Londres.

Après la guerre et son engagement dans le camp de la résistance française, Joséphine décide de se vouer à la lutte contre la ségrégation raciale. La preuve par l’exemple : au cours des années 1950, dans son château des Milandes, elle adopte douze orphelins d’origines différentes, la tribu arc-en-ciel.

Elle chantera l’amour et la liberté jusqu’à son dernier souffle.

La vie de Josephine Baker est fascinante et pleine de rebondissements. On a même parfois du mal à croire qu’il s’agit d’une biographie et pourtant… a cela, ajouter le talent du dessinateur et vous passerez un bon moment à la lire. Catel et José-louis Bocquet ont su faire honneur à cette femme. Les passages de sa vie qui ont été choisi pour rédiger cette ouvrage sont astucieusement choisi et apportent un rythme très plaisant à notre lecture. Cette bande dessiné est l’une de mes plus belles découverte et je vous la conseille et re-conseil 1000 fois.
aklanoa blog lifestyle voyage lecture josephine baker bretagne cartel bande dessinée aklanoa blog lifestyle voyage lecture josephine baker bretagne
Astuces Trips

Prendre l’avion : mes astuces

IMG_3696

Pouvoir voyager est quelque chose d’incroyable. C’est une chance mais aussi un petit parcours du combattant lorsque l’on part pour la première fois. ! Prendre l’avion, surtout pour un long-courrier, et à l’international, peut rapidement devenir source de stress si nous ne sommes pas préparés un minimum. Alors perso, je n’ai pas voyagé énormément. Malgré tout, j’ai pu observer quelques techniques, en valider comme en désapprouver. Je connaît aussi la galère d’être une personne d’un naturel angoissé qui prend un long-courrier pour la première fois alors j’ai voulu partager avec vous mes astuces afin d’affronter votre premier vol en avion plus sereinement. (Je l’ai fais alors pourquoi pas vous ?)

  • Choisir son siège dans l’avion

Si vous n’êtes pas à 20€ prêt pour l’achat de vos billets et que vous voyagez en couple, je vous conseille vivement de prendre le supplément du choix du siège. Cela vous garantira d’être juste à côté de votre amoureux, de partager ce moment unique avec lui. Ce serait vraiment dommage de vivre une partie de ce voyage séparé, surtout s’il s’agit de votre premier vol ou d’un long-courrier. Lors de nos vols vers les Antilles, nous avons passé notre temps à regarder des films ou à dormir mais nous avons également passé un bon repas à bord ou j’ai vraiment apprécié pouvoir discuter avec mon chéri plutôt que faire la timide à côté d’inconnue (oui, je peux être vraiment timide parfois)

Enfin, si votre avion n’a que des rangez de trois ou quatre sièges, regardez au fond de l’avion lors de la réservation. Il y a souvent quelques rangés de deux sièges à la queue que vous pourrez réserver. L’idéal pour étendre ses jambes et ne pas se sentir à l’étroit entre deux inconnues. Pour moi qui me déplace souvent pendant un vol (wc, marche…) c’est l’emplacement idéal. Attention par contre, les mouvement de l’avion à ces places peuvent être plus sensibles.

  • Préparer le passage de la douane

Pour mon premier vol, je m’étais un peu renseignée sur la question. Moi qui adore flâner sur les blogs, j’avais déjà lu tout un tas d’astuces… que j’aurai dû partager avec Mathieu avant notre départ.

En effet, il faut savoir que lors du passage de la douane, vous allez devoir présenter tout un tas de choses pour montrer patte blanche. Pour ne pas perdre de temps, risquer de louper votre vol et énerver ceux qui vous suivent, la solution c’est l’organisation.

Pour passer la douane, il y a plusieurs choses à savoir. En gros, passez-y les poches vides et le sac ouvert. Vous ne devez pas porter de métaux. Pas de bijoux, pas de ceinture, pas de barrette en métal dans les cheveux. Pensez-y lorsque vous vous préparez le matin. Vous devrez présenter votre matériel informatique ; iphone, Go Pro, chargeurs, réflex, objectif… tout sera à présenter hors de leur pochette de protection. On vous demandera également de présenter vos éventuels liquides (pour ça, retrouver toutes les informations ici). Enfin, on vous demandera de décliner votre identité et présenter vos cartes d’embarquement.

Pour ma part, tout est organisé dans mon sac. La carte d’identité et la carte d’embarquement sont glissées dans la pochette de mon passeport. Tous mes liquides sont dans un sac congélation transparent, le numérique est dans la poche principale de mon sac à dos et je ne porte aucun bijou ni ceintures lors d’un voyage en avion. C’est rapide, efficace et lorsque je passe le tapis de la douane, j’ouvre, le pose, je fais rouler et je récupère tout (quand je ne passe pas au contrôle aléatoire en plus)

  • Pensez aux repas à bord

Il faut savoir que beaucoup de compagnies aériennes proposent des collations à bord. Même Hop, la compagnie low coast d’Air France nous a proposé une collation sucrée ou salée lors d’un vol Paris-Lorient d’1 heure 30 seulement. Je vous conseille de profiter des repas à bord. Ça passe le temps et ça requinque un homme lorsqu’il s’agit d’un vol long-courrier.
Vous trouverez tous les renseignements sur les éventuels repas servis à bord de l’avion sur le site de votre compagnie aérienne. Par exemple, lors de notre vol Air Caraïbes pour la Martinique, nous avons eu le droit à un apéritif, un repas chaud avec le choix entre deux plats (poisson ou viande) et dans le sens Paris>Martinique, une collation salée (en sandwich rapide) et dans le sens Martinique>Paris, un petit déjeuner chaud.

voyage_avion_repas_premier_vol_aircaraïbes_travel_travelblogger_astuces_conseils

  • Préparer un nécessaire pour le vol

Lors d’un long-courrier, on peut avoir peur de s’ennuyer, d’oublier quelque chose, de devoir déranger notre voisin à longueur de temps. Pour éviter tout ça, j’ai ma petite astuce : préparer une pochette pour le vol avec à l’intérieur des écouteurs qui fonctionnent, mon portable, une batterie nomade pour mon portable, des chewing-gums, du sérum physiologique pour le nez et les yeux (merci la clim) ainsi que 2 ou 3 friandises et enfin, un masque pour les yeux et un coussin d’avion gonflable. Super-pratique !

  • Mes conseils lors du vol

Suivant le voyage que vous faites, un vol peut être une partie de plaisir comme une corvée. Personnellement, faire 8 heures d’avion ne m’a jamais enchanté alors heureusement qu’il y a les films à bord pour tuer le temps. Je vous conseille vivement de profiter de ses films, proposés dans l’avion. Pensez également à consulter les films du mois sur le site de votre compagnie aérienne. Ainsi, vous pourrez éviter de regarder en amont des films qui seront proposé dans votre vol. Rien de plus désagréable que de se retrouver avec un playlist rempli de films déjà vu.

Le trajet en avion fait pleinement partie d’un voyage. Pensez à prendre quelques photos à bord. Les photos de hublots sont bien souvent magnifiques avec des couleurs incroyables. Profitez-en. Par exemple, pour illustrer cet article, je regrette justement de ne pas en avoir pris assez lors de nos derniers vols.

Enfin, on ne vous le dira jamais assez mais lors d’un long-courrier, levez-vous ! Allez aux toilettes, boire un verre de jus de fruit au fond de l’avion, faite un tour de l’appareil à pied. ça fait énormément de bien et on évite les risques de phlébites.

voyage_avion_premier_vol_aircaraïbes_travel_travelblogger_astuces_conseils

Food

Tarte soleil facile à réaliser

tarte soleil cuisine facile blog lifestyle aklanoa

Ingrédients pour réaliser cette recette :

2 Disques de pâte feuilletée
2 pots de tapenade au choix
1 Jaune d’œuf

Adepte, comme moi, des recettes de feignasses ? vous verrez, la réalisation de cette tarte soleil va se faire vraiment rapidement et facilement. Pour commencez, préchauffer le four à 180 °C. Posez le premier disque de pâte feuilletée sur une plaque de four (ou plaque à pizza) recouverte de papier sulfurisé et pré-cuisez la. Une fois fait, étalez votre tapenade sur la pâte en veillant à laisser une bordure d’environ 2 cm. Pour ma recette, j’ai utiliser une tapenade de tomates séchées et Féta (miam miam)

Humidifiez la bordure avec un peu d’eau puis couvrez cette première pâte tartinée avec le second disque de pâte feuilletée. Soudez bien les bords en appuyant avec vosdoigts. Badigeonnez la pâte de jaune d’œuf afin qu’elle dore au four, à l’aide d’un pinceau (à cuisine).
Disposez un verre retourné au centre de la pâte et coupez 24 bandes (ou moins si vous avez peur de la déchirer) en partant du centre vers l’extérieur. Retirez le verre puis torsadez chaque bande de pâte en tournant doucement pour qu’elle ne se déchire pas à la base.
Enfourner 20min environs et votre tarte soleil est prête !
Alors, ce n’était pas ultra facile ?
Lecture

Lecture. Quand s’en ira la peur de Manon Lecor

quand s'en ira la peur manon lecor lecture blog bretagne

Au début de l’été, j’ai commencé la lecture du premier roman de Manon Lecor. Manon, c’est une blogueuse bretonne que je suis depuis pas mal d’années. Depuis son premier blog d’ailleurs, un blog mode qu’elle écrivait du temps où j’ai commencé mon bébé blog… mode également (Et oui, j’y suis passée aussi). Puis elle a changé de blog, de registre… au moment même où je me posais des questions sur l’univers du blog, son côté superficiel et sa course aux chiffres… Bref, je dirais qu’on s’est posé des questions et qu’on a changées au même moment. À la différence près que Manon elle, elle a tout déchiré PARTOUT et que moi, le blog a perdu en vitesse, la faute à Instagram. Alors lorsqu’elle a sorti son premier livre, je l’ai soutenue tout de suite en l’achetant en pré-commande. Le thème de son premier roman ? Le Burn Out et l’expatriation, deux thèmes qui ont fait Tilt dans mes oreilles.

Jeune femme indépendante de vingt-six ans, Gabrielle vit à Paris et a un job de rêve mais depuis quelques temps elle ressent de drôles de choses, de curieuses impulsions qu’elle ne contrôle pas.

Est-elle en train de devenir dangereuse pour ses proches ?

Après un tour chez le psychiatre, Gabrielle découvre qu’elle fait un « burn-out ». Elle va ouvrir les yeux sur sa vie qui n’est parfaite que sur le papier. Ne serait-il pas temps de s’écouter vraiment ? De trouver sa voie ?

Passion oubliée, amitiés délaissées, sentiments étouffés, Gabrielle découvre que le plaisir est une condition sine qua non pour vivre.

Sur les conseils de sa famille et de sa meilleure amie, elle quitte sa zone de confort et s’envole pour New York.

Quand s’en ira la peur est un roman qui se lit facilement, plein de petits jeux de mots et de franc-parler. Dans un langage courant, il se lit comme il se parle et c’est franchement agréable pour une lecture à la plage.

Dans ce livre, on aborde plusieurs sujets, le Burn Out d’abord mais aussi l’amitié, les liens familiaux, la recherche de soi, l’expatriation et aussi l’amour. Parce que la vie est semée d’embuche et que nous avons  un long chemin à parcourir avant d’atteindre ce que nous sommes vraiment, ce qui nous fait du mien. Lire ce roman c’est un peu comme parcourir un Unalom et nous donner l’envie de nous bouger les fesses pour nous épanouir.

Merci beaucoup Manon pour ce roman que j’ai pris énormément de plaisir à rire. J’espère avoir le plaisir de pouvoir lire le deuxième prochainement (Éditeur, si vous lisez ceci… FONCEZ cette petite sait charmer le lecteur !)