Browsing Category

Lecture

Lecture

BD : Josephine Baker

aklanoa blog lifestyle travel voyage lecture josephine baker

Je connaissais le personnage de Joséphine Baker : la danseuse à la ceinture banane. Le tome 1 des culottées m’avait donné très envie d’en savoir plus à son sujet. Depuis toujours, les images de Joséphine Baker, à la télévision où sur internet m’ont fasciné. Je ne connaissais pourtant rien d’elle. Lorsque j’ai croisé la bande dessinée de Catel et José-Louis Bocquet qui lui était dédiée, dans les rayons de mon espace culturel, j’ai pris la BD dans les mains pour l’acheter. Je l’ai lu en 1 morceau.

Entre glamour et humanisme, la vie tumultueuse de la première star mondiale noire.

Joséphine Baker a 20 ans quand elle débarque à Paris en 1925. En une seule nuit, la petite danseuse américaine devient l’idole des Années Folles, fascinant Picasso, Cocteau, Le Corbusier ou Simenon. Dans le parfum de liberté des années 1930, Joséphine s’impose comme la première star noire à l’échelle mondiale, de Buenos Aires à Vienne, d’Alexandrie à Londres.

Après la guerre et son engagement dans le camp de la résistance française, Joséphine décide de se vouer à la lutte contre la ségrégation raciale. La preuve par l’exemple : au cours des années 1950, dans son château des Milandes, elle adopte douze orphelins d’origines différentes, la tribu arc-en-ciel.

Elle chantera l’amour et la liberté jusqu’à son dernier souffle.

La vie de Josephine Baker est fascinante et pleine de rebondissements. On a même parfois du mal à croire qu’il s’agit d’une biographie et pourtant… a cela, ajouter le talent du dessinateur et vous passerez un bon moment à la lire. Catel et José-louis Bocquet ont su faire honneur à cette femme. Les passages de sa vie qui ont été choisi pour rédiger cette ouvrage sont astucieusement choisi et apportent un rythme très plaisant à notre lecture. Cette bande dessiné est l’une de mes plus belles découverte et je vous la conseille et re-conseil 1000 fois.
aklanoa blog lifestyle voyage lecture josephine baker bretagne cartel bande dessinée aklanoa blog lifestyle voyage lecture josephine baker bretagne
Lecture

Lecture. Quand s’en ira la peur de Manon Lecor

quand s'en ira la peur manon lecor lecture blog bretagne

Au début de l’été, j’ai commencé la lecture du premier roman de Manon Lecor. Manon, c’est une blogueuse bretonne que je suis depuis pas mal d’années. Depuis son premier blog d’ailleurs, un blog mode qu’elle écrivait du temps où j’ai commencé mon bébé blog… mode également (Et oui, j’y suis passée aussi). Puis elle a changé de blog, de registre… au moment même où je me posais des questions sur l’univers du blog, son côté superficiel et sa course aux chiffres… Bref, je dirais qu’on s’est posé des questions et qu’on a changées au même moment. À la différence près que Manon elle, elle a tout déchiré PARTOUT et que moi, le blog a perdu en vitesse, la faute à Instagram. Alors lorsqu’elle a sorti son premier livre, je l’ai soutenue tout de suite en l’achetant en pré-commande. Le thème de son premier roman ? Le Burn Out et l’expatriation, deux thèmes qui ont fait Tilt dans mes oreilles.

Jeune femme indépendante de vingt-six ans, Gabrielle vit à Paris et a un job de rêve mais depuis quelques temps elle ressent de drôles de choses, de curieuses impulsions qu’elle ne contrôle pas.

Est-elle en train de devenir dangereuse pour ses proches ?

Après un tour chez le psychiatre, Gabrielle découvre qu’elle fait un « burn-out ». Elle va ouvrir les yeux sur sa vie qui n’est parfaite que sur le papier. Ne serait-il pas temps de s’écouter vraiment ? De trouver sa voie ?

Passion oubliée, amitiés délaissées, sentiments étouffés, Gabrielle découvre que le plaisir est une condition sine qua non pour vivre.

Sur les conseils de sa famille et de sa meilleure amie, elle quitte sa zone de confort et s’envole pour New York.

Quand s’en ira la peur est un roman qui se lit facilement, plein de petits jeux de mots et de franc-parler. Dans un langage courant, il se lit comme il se parle et c’est franchement agréable pour une lecture à la plage.

Dans ce livre, on aborde plusieurs sujets, le Burn Out d’abord mais aussi l’amitié, les liens familiaux, la recherche de soi, l’expatriation et aussi l’amour. Parce que la vie est semée d’embuche et que nous avons  un long chemin à parcourir avant d’atteindre ce que nous sommes vraiment, ce qui nous fait du mien. Lire ce roman c’est un peu comme parcourir un Unalom et nous donner l’envie de nous bouger les fesses pour nous épanouir.

Merci beaucoup Manon pour ce roman que j’ai pris énormément de plaisir à rire. J’espère avoir le plaisir de pouvoir lire le deuxième prochainement (Éditeur, si vous lisez ceci… FONCEZ cette petite sait charmer le lecteur !)

Lecture

Lecture. Un merci de trop

lecture aklanoa un merci de trop carène ponte livre

Il y a deux ans, en allant m’acheter quelques produits d’à point au supermarché près de chez moi, j’ai pris le temps de regarder les livres. C’était au début de l’été. À l’époque, je ne lisais jamais. Puis, je suis tombée sur ce livre, un Merci de trop de Carène Ponte. La couverture est belle, moderne, le résumé du livre me paraît sympa et j’ai bien envie de passer pour une intello en passant à la caisse avec un bouquin. Ce qui m’a donné envie de prendre aussi, avouons-le, c’est que les pages de ce bouquin sont assez grandes, les lignes ne sont pas serrées. Bref, je n’ai pas mal au crâne en lisant la première page. À ma plus grande surprise, j’ai lu ce livre en une semaine. Moi, celle qui ne lis jamais, j’ai bouffé ce bouquin tel un épisode de Gossip Girl.

Sage et obéissante depuis le jour de sa naissance, Juliette a tour à tour été un bébé facile, une enfant modèle, une adolescente sans problèmes et une jeune fille rangée. À presque 30 ans, habituée à dire docilement oui à tout et effacée jusqu’à la transparence, elle ronronne dans la chaleur rassurante d’une vie sans remous d’assistante de gestion. Jusqu’à ce  » merci  » de trop, seule réponse qu’elle parvient à bafouiller après une énième humiliation professionnelle. Ouvrant brusquement les yeux sur le désert de son existence, Juliette décide de démissionner et d’enfin vivre ses rêves, au risque du désordre.
Et du désordre, il va y en avoir beaucoup…

C’est l’histoire de Juliette, la bonne poire qui a toujours voulu être gentille et arrangeante. Sa petite vie rangée lui a voulu ne jamais sortir des cases, jusqu’au jour où elle décide d’affirmer son caractère et prendre la vie comme elle vient, avec surprise et non plus comme il faudrait la prendre. De rebondissement en rebondissement, ce bouquin, bien girly, a su me tenir en allène au point de me donner goût à la lecture. C’est grâce à lui que maintenant, cette rubrique existe. Je conseille vivement un Merci de trop à toutes celles qui, comme moi, ont beaucoup de mal à ouvrir un livre. Ce roman de Carène Ponte se lit facilement, c’est une lecture légère qui vous tien d’une page à l’autre avec une histoire prenante, pas compliqué pour un sous, mais qui plaira à toutes les nanas.

 

Lecture

lecture. J’ai commencé par un joint

lecture aklanoa jai commencé par un joint helene

Il y a quelques mois, je suis allée fouiller dans la bibliothèque de ma maman à la recherche d’un nouveau livre. C’est alors que je suis tombé sur ce bouquin, dont j’avais déjà entendu parler lorsque j’étais ado : « J’ai commencé par un joint » de Helène. Ce bouquin m’a pris aux tripes. Je l’ai lu assez rapidement, et facilement. Pour tout vous dire, je l’ai lu à la plage (oui, ça date déjà de quelques mois).

Hélène a 12 ans, c’est une jeune fille comme beaucoup d’autres, sensible et angoissée par le monde des adultes. Un soir elle allume son premier joint. Elle ignore encore qu’elle va être entraînée dans une spirale qui la mènera à l’héroïne. Personne ne s’en rend compte, ni sa famille ni ses professeurs. Chaque jour est une course effrénée après cette drogue mortelle. Hélène ne s’en sort qu’à l’âge de 18 ans, après six années gâchées qui ont failli lui coûter la vie.

Dans ce bouquin, on oubli rapidement qu’Hélène a seulement 12 ans. Je le redécouvre en rédigeant cet article. Elle en a 13 lorsqu’elle fait sa première fugue, évite son premier viol, elle en a 16 lorsqu’elle rencontre la mort et 17 lorsqu’elle frôle le pire, le pire du pire. Ce bouquin est une claque dans la gueule lorsqu’en 2018, la drogue est encore plus facile d’accès qu’il y a 10 ans lorsque ce livre est sortir ou dans les années 80, lorsque Hélène était jeune. Une belle lecture quoi qu’un peu triste, mais qui, vous le savez sûrement déjà, se termine bien.

Lecture

Lecture. La différence invisible

différence_invisible-1080x720

J’ai acheté cette bande dessiné sur un coup de tête. Depuis le temps, vous avez peut-être compris que j’aimais beaucoup des bandes dessinées du type romans graphiques. On y pensant, un jour, je me suis connecté sur Amazon, puis en 2 minutes, « La différence invisible » a terminé dans mon panier, puis dans mes commandes en cours. A y repenser, j’ai bien fait de ne pas hésiter puisque cette BD est un délice. Je vous la conseil si vous cherchez encore un cadeau de noël de dernière minute.

Marguerite a 27 ans, en apparence rien ne la distingue des autres. Elle est jolie, vive et intelligente. Elle travaille dans une grande entreprise et vit en couple. Pourtant, elle est différente.

Marguerite se sent décalée et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Ses gestes sont immuables,

 proches de la manie. Son environnement doit être un cocon. Elle se sent agressée par le bruit et les bavardages incessants de ses collègues. Lassée de cet état, elle va partir à la rencontre d’elle-même et découvrir qu’elle est autiste Asperger. Sa vie va s’en trouver profondément modifiée

Ici, on ne parle pas de BD, de fiction ou de roman, mais plutôt de BD utile. Au fils des pages, on découvre avec compassion le quotidien routinier mais pourtant tellement rassurant de Marguerite (qui est en fait Julie Dachez, la scénariste). Les pages se suivent et je suis complétement prise par ce récit qui met en lumière un sujet sensible, celui d’une différence invisible. J’ai moi-même été atteinte de grosses crises d’angoisse, chaque jour, pendant mon adolescence. Les différences invisibles, je connais ! J’ai également beaucoup apprécié le petit carnet pédagogique à la fin de l’album, permettant d’expliquer, avec des mots simple, les particularités de l’autisme et du syndrome Asperger.

Cette bande dessinée m’a permis de découvrir les dessins de Mademoiselle Caroline. Un trait féminin que j’aime beaucoup. Cette illustratrice propose d’autre roman graphique de ce style tel que « chute libre » ou « Touriste ». Je ne vous le cache pas, je risque de me laisser tenter…

recettes la différence invisible interieur avis