Browsing Category

Trips

Trips

Balade au conservatoire botanique de Brest

parc-botanique-de-brest-etang-nenuphard-avis-blog-aklanoa

Pendant l’été, avec Mathieu, nous avons décidé de nous accorder une virée sur Brest. Emblème de la Bretagne et sujette à tous les clichés de météo pluvieuse, Brest est connue pour son port militaire important (le 2nd plus grand de France) et sa cité universitaire. Situé à 1h40 de chez nous nous avons profité d’une journée de congé pour visiter Océanopolis, l’aquarium de la ville. A la sortie des 2h30 de visite, nous avons eu le droit au soleil et grand ciel bleu de Brest (je vous avais dis que c’était des clichés) nous en avons profité pour faire une balade au Conservatoire Botanique National de Brest.

Puisque ce n’était pas prévu, je n’avais pas envoyé mon reflex alors je m’excuse par avance pour la qualité des photos prises à l’Iphone.

Nous sommes arrivés au parc vers 13h sans même savoir à quoi nous attendre. Va t’il y avoir des serres ? est-ce payant ? Il faut savoir qu’avec le billet d’entrée de l’aquarium, nous avions le droit à un tarif réduit. Après quelques recherches sur le site, nous apprenons que le parc botanique, qui fait 1 kilomètre de long est en entrée libre et que seul l’accès aux serres tropical est payant. BANCO ! On y va.

Arrivée sur place, la balade commence par un énorme lac sur lequel poussent des nénuphars. Mathieu et moi sommes des amoureux de botanie et de la nature et cette visite nous a ravis. Ceux qui nous connaissent s’imaginent bien que nous nous sommes extasiés devant la multitude de Gunnera, toutes plus grandes les unes que les autres et ils auront raison. Un rien nous épate !

Le parc comprend 500 espèces menacées provenant de 5 climats différents. Toutes très bien plantés et misent en valeur, le parc est agréable à découvrir, que ce soit pour une ballade touristique ou un footing matinale. Le seul regret que nous avons est de ne pas avoir pensé à prendre des sandwichs puisque vu l’heure et l’endroit, nous aurions préféré manger dans ce cadre plutôt qu’au fast-food.

parc-botanique-national-de-brest-couleurs parc-botanique-national-de-brest-mathieu parc-botanique-de-brest-palmiers-avis-blog-aklanoa

Jardin du Conservatoire botanique national de Brest
Rampe du Stang-Alar
29 200 BREST

Jardin conservatoire (accès gratuit)
 Environ 30 ha et 1 km de long, dont l’allée centrale est plate et accessible à tous.
 Ouvert tous les jours : en hiver de 9 h à 18 h, 
au printemps et en automne de 9 h à 19 h et en été, de 9 h à 20h
Serres tropicales en visite autonome , tous les jours de 14h à 18h.
  Tarifs :
 Plus de 16 ans : 5,50 € visite guidé, compter 1€ de plus
 De 10 à 16 ans et tarif réduit : 4 € visite guidé, compter 1€ de plus
 Moins de 10 ans : gratuit

parc-botanique-national-de-brest observatoire-botanique-de-brest-balade-avis-aklanoa-blog-breton parc-botanique-de-brest-balade-sentier-avis-blog-aklanoa

Trips

Notre matériel high tech en voyage

couv-voyage-photo-gopro-avis-blog-voyage-backpack-1080x720

Lorsqu’on bouge de chez nous, que ce soit pour le week-end ou pour un voyage, on s’équipe toujours de deux ou trois matériel high tech pour prendre des photos. Pour immortaliser les paysages et les rencontres. Avec Mathieu, nous sommes encore des novices en la matière, mais je pense qu’on reste quand même assez bien équipé. Il ne nous reste qu’à nous perfectionner, en pratiquant !

Pour nous, le plus important en voyage, c’est de voyager léger, mais aussi voyager sécurisé. Nous redoutons les vols sur certains sites comme les plages, mais, nous ne voulons pas non plus rapporter avec nous des souvenir de moins bonne qualité. Lors d’un week-end entre amis, nos Iphone font généralement l’affaire, mais lorsqu’on a voyagé en Martinique, c’est tout un sac de matos qui nous a suivit.

  • Notre reflex

Nous avons un Canon 600D, parfait pour voyager puisqu’il prend des photos, des vidéo et il est équipé d’un écran rotatif. Ce n’est pas rien, puisque l’écran rotatif nous permet de prendre des photos de nous face caméra. Autrement dit, un selfie Je ne suis pas fan, mais je dois bien avouer qu’en voyage, lorsqu’on est seul, c’est bien pratique. Je ne suis pas fan, mais je dois bien avouer qu’en voyage, lorsqu’on est seul, c’est bien pratique. (On n’est pas du genre à donner notre reflex qui coûte un bras a un parfait inconnue pour nous photographier) L’autre gros avantage du reflex, et pas des moindre, la qualité des photos qui est magnifique !

  • Notre Go Pro

Juste avant de nous envoler pour la Martinique, Mathieu s’est offert une Go Pro Hero 4 Session. Je l’adore ! Elle est ridiculement petite et rentre facilement dans une poche. Contrairement aux modèles plus anciens, la Hero 4 Session n’a pas besoin de boîtier étanche pour aller dans l’eau puisqu’elle est étanche à l’origine.Un gain de place supplémentaire et plus de facilité d’utilisation même si je dois bien vous avouer que lorsque nous l’avons mis la première fois dans l’eau, nous n’étions pas fiers.

La Go Pro est, pour moi, l’accessoire photo / vidéo idéal lorsqu’on voyage. Elle est petite et les photos et vidéos sont accessibles sur smartphone par Wifi. Pas besoin de PC pour vider la carte. Mathieu, quant à lui, adore l’utiliser par films. Il extrait ensuite les plus belles images. Ainsi, nous n’avons pas de photo de voyage sur lesquelles nous posons ridiculement devant un paysage. On se balade tranquillement, il filme, puis on extrait les meilleurs plans. Effet naturel garantit !

  • Nos accessoires

Ensuite, avec tous ce matériel, nous avons les petits joujous comme les cartes SD supplémentaires. Parmi les plus important, je citerais les différents accessoires Go Pro. Pour l’instant, nous utilisons seulement la perche et la poignée flottante. Cela me semble être les indispensable, surtout lors des voyages. Ensuite, nous avons aussi un floaty que Mathieu utilise beaucoup pour le surf.

Nos batteries de secours sont de fidèle alliés lorsque nous nous déplaçons. Surtout pour maintenir nos Iphone en charge lorsqu’ils sont sur Mapsme.

  • Nos projets matériel à venir

Chaque situation et chaque escapade ont leurs particularités. Impossible d’envisager un voyage dans les caraïbes sans prendre de photos sous l’eau par exemple. C’est en faisant qu’on apprend et si c’était possible, nous aimerions bien investir dans un appareil photo hybride comme la nouvelle gamme de Compact Expert Panasonic. Historie de laisser le reflex encombrant à l’hôtel lors d’une rando, sans pour autant négliger la qualité grâce à leurs vidéos 4K, les objectifs 16,00 méga pixels, ainsi qu’un design anti-poussière. La gamme propose des prix cohérent et elle semble correspondre exactement à ce que nous cherchons.

Ensuite, le rêve, THE DREAAAM, serait de nous équiper d’un drone pour prendre de superbes vues du ciel ou des vidéos incroyable. L’équipement de fou pour immortaliser les souvenirs les plus beaux.

aklanoa-matos-blog-lifestyle-voyage-go-pro-avis-1080x720 couv voyage photo gopro matériel avis blog voyage backpack*Article sponsorisé par Panasonic

Trips

Martinique, Anse noire

anse noire

Il y a des souvenirs qui ne se détériorent pas avec le temps. 5 mois après notre premier voyage en Martinique, j’ai l’impression d’avoir gardé intact mes souvenirs de cette magnifique journée passée à Anse noir et Anse Dufour, à l’ouest de l’île aux fleurs.

Avant même de nous rendre en Martinique, nous avions déjà prévu de découvrir la magnifique plage d’Anse noire, au sud ouest de l’île. Une curiosité naturelle au sable noir situé à quelques mètres de sa plage jumelle, Anse Dufour, faite de sable blanc. En plus de sa beauté captivante, Anse noire a l’énorme avantage d’être occupée par des tortues. Nous savions donc qu’une fois sur place, nous avions toutes nos chances de passer un moment magique et se fût chose faite.

anse noire tortule

Se rendre à Anse Noire n’est pas si simple que ça. La plage est très facile à trouver et tous les GPS l’indique. Par contre, si comme nous, vous n’aviez jamais conduit en montagne, vous allez être servi ! La route n’est pas très jolie. Lors de notre passage, il manquait même certains abords de route, écroulé dans le ravin et nous avons pris des pentes comme nous n’en avions jamais croisé en Métropole. Autant vous dire qu’après les coups de chaud pendant le trajet, nous étions vraiment ravis d’arriver à destination. Pour plus de tranquillité, je vous conseillerais de prévoir d’arriver sur Anse noir avant les 9h du matin. Cela vous garantit un faible trafic dans les lacets, mais également une place de parking qui ne soit pas en pleine pente à 40 degré. En effet, vos GPS indiqueront bien un parking sur place, mais celui-ci n’est que de 10 places.

ça, c’était pour l’info utile que nous nous aurions bien aimé avoir avant de nous y rendre.

Il faut savoir que Anse Noire avec avant tout une crique. On doit descendre une 40 aine de marches pour s’y rendre et la plage n’est pas énorme. Y aller le matin, c’est en profiter à fond. Avec Mathieu nous y sommes resté de 8h à 10h30 et nous étions seulement 4 ou 5 couples sur la plage à la fin de notre passage. Le kiff.

Sur place, à peine garée, je sautillais d’impatience à l’idée de descendre sur la plage d’Anse Noire. Je n’avais jamais voyagé avant de me rendre en Martinique et là, en quelques minutes, j’allais découvrir pour la première fois une plage de sable de noire, faire du snorkeling et surtout… nager avec les tortues. Dans un premier temps, j’étais émerveillé par la plage de sable noir. J’y ai glissé mes pieds, pris des photos, joué avec ce sable. Non, je ne suis pas allé jusqu’à faire des châteaux de sable, mais j’avoue, j’étais comme une gosse.

Mathieu a été le premier à plonger dans l’eau. Il a l’habitude d’aller à la pêche au tuba en Bretagne, mais pour moi, nager dans d’énormes bancs de poissons est une première. Vu du ponton, ça grouille de partout, mais il y a bien des tortues, un couple dans l’eau nous le confirme. Il n’aura pas fallu plus pour que Mathieu effile ces palmes puis revient à toute vitesse jusqu’à la serviette chercher la Go Pro. « Il y a une tortue avec son bébé ! » Ouaa, c’est magique. Tant pis pour les poissons, je veux les voir ! Mathieu rigole en m’entendant crier à travers mon tuba, mais après quelques minutes on oublis tout ces poissons et on reste là, immobile dans l’eau à observer une tortue manger des algues. C’est magique, apaisant, relaxant. C’est mieux qu’une séance de yoga ! On apprécie de moment comme jamais.

Vers 10h30, après avoir suivi la même tortue, nous décidons de changer de plage et aller sur Anse Dufour. Même parking, même emplacement, mais changement d’ambiance totale. Anse Noire est sauvage tandis qu’Anse Dufour propose 2 Lolos et 1 petit snack, face à la plage de sable blanc. Elle semble plus familiale. 2 plages sur le même site pour 2 ambiances différentes, nous y avons bronzés tous le reste de la journée. Sur Anse Dufour, les tortues sont toujours présentes, mais ce jour-là, de minuscules méduses se trouvaient également dans l’eau et je n’ai donc pas passé tout mon temps à les observer, pour le plus grand plaisir de mon bronzage. Nous avons également déjeuné sur la plage, chez Nini. C’était parfait, simple et pas cher, mais attention, elle ne prend pas la carte bleue. Prévoyez le coup.

Anse Noire et Anse Dufour sont des incontournables de la Martinique. Ne pas s’y rendre serait louper quelques chose de magnifique, je vous le conseil vraiment et vous OBLIGE à vous y rendre !

 

IMG_3819 IMG_3825 anse noir martinique aklanoa blog voyage caraibesanse ducourf martinique aklanoa blog voyage caraibes

 

Trips

Balade au Parc de Branféré

cover_branféré_botanical_garden

Le weekend dernier, je me suis rendue au Parc de Branféré, avec Mathieu, pour passer une journée dans un jardin botanique à la rencontre des animaux, dont une partie se trouve en semi-liberté. J’ai découverts ce parc il y a 10 ans, alors que j’étais animatrice de centre de loisirs. J’ai adoré, à plusieurs reprise, visiter ce parc avec les enfants, leur expliquer la vie des animaux (celle des plantes, ils s’en foutent royalement) et voir leurs yeux s’illuminer lorsqu’ils croisent un alpaga, caressent un âne et donne du pop corn aux walabi. Bref, c’est mon BEST parc animalier EVER !

branféré flamingo blotanic garden branféré

Le Parc de Branféré est situé à Le Gerno, dans le Morbihan. C’est également sur même site qu’est installé l’école Nicolat Hulot, qui propose des séjours et mini camp pour enfants, sur le thème de la nature.

Le Parc de Branféré recense plus de 150 espèces animales originaires des 5 continents. Mais surtout, ce que je préfère, c’est sa remarquable collection d’oiseaux, Branféré est considéré comme un parc ornithologique avec près de 500 oiseaux du monde entier. Son spectacle d’oiseaux est un rendez-vous à ne pas louper, il y en a 4 par jours. À la fin du spectacle, restez sur place quelques minutes, et observer les oiseaux pas encore entrés en cage. Des Aras en liberté, des flamant rose à vos pieds (attention à ne pas les bousculer, leus pattes sont très fragiles) et quelques autres espèces qui barbotent dans la mare. On ne s’en lasse pas.

Au détour des allées, vous croiserez sans aucun doute les alpagas, gues, walabis, paon et autres espèces animales en liberté. Attention cependant à ne pas quitter ces allées. Si les animaux peuvent venir à notre rencontre, nous n’avons par contre, pas le droit de les rejoindre dans leurs nids (cela me parait logique, mais nous voyons de tout)

Sur les îlots et autres espaces clôturés, vous serez étonnés par l’agilité folle des primates. (sérieux, ils sont d’une souplesse dingue, il va falloir que je m’améliore au yoga). Vous vivrez un moment magique en observant les lémuriens de Madagascar dont l’espèce est menacée. Lors de ma dernière visite, la semaine dernière, j’ai été impressionné du développement du Parc. J’ai pu découvrir pour la première fois la plaine Indienne, où un couple de Rhinocéros se prélassait. J’ai ri en voyant leurs mimiques, expliquant à Mathieu qu’ils me fessaient passer à Lehua Rhinocéros / Bouledogue français…. mouai, non, aucune ressemblance, ils sont juste attendrissants. L’espace marin, que je n’avais encore jamais vu est également très bien aménagé, mais nous avons loupé le nourrissage des phoques.

Ensuite, il y a la verdure ! Dès le 18e siècle, un botaniste amateur aménagea le parc en y plantant des essences rares, dont certaines subsistent encore. Depuis, le jardin est constamment agrémenté, se qui fait de Branféré le plus beau Parc Animalier que j’ai pu visiter.

branféré pingoin et flaman rose WALABI branféré bretagne parc animalier nicolas hulot

Entrée adulte : 20€50
Entrée enfant (jusqu'à à 12 ans): 14€
gratuit pour les moins de 4 ans

 

Même si j’ai beaucoup apprécié ma visite, j’ai été mal à l’aise de me retrouver parmi ces nombreux touristes qui pensent que les animaux leurs sont dûs. Même si je pense avoir été respectueuse envers eux, je n’étais qu’un pion parmi ces milliers de visiteurs. J’ai entendu des personnes râler parce que certains enclots étaient vides (oui, il faisait 30° messieurs dames, les animaux, aussi aiment rester à l’ombre avec un temps pareil), d’autre lancer des pops corn devant une pancarte « interdiction de nourrir ces animaux ». Une femme a attendu que le dresseur se retourne pour franchir la marque au sol et s’approcher d’un pas de plus de la marre… Un pas de plus « ooh c‘est rien » mais si, ce n’est pas respectueux, vous venez de rentrer dans un enclôt. Haa, que l’humain est égoïste. Du moment qu’il a son selfie avec une girafe, il s’en fout de savoir que son espèce est menacée, lui, il veut crâner avec sa nouvelle photo de profil Facebook. (voilà, c’était mon coup de gueule du jour.)

S’il vous plait, si l’envie vous viens de visiter le Parc de Branféré, restez dans les allés, ne donnez du pop corn uniquement aux animaux qui en ont le droit, gardez vos enfants prêt de vous, ne stressez pas les animaux et appréciez le moment.

parc animalier et botanique de branféré morbihan bretagne sud

Trips

La Martinique, notre premier voyage

Anse michel
Il y a un peu plus d’une semaine, nous sommes rentrées de notre voyage en Martinique. Un premier vrais voyage pour moi, comme pour Mathieu, avec un premier vol en avion… et pas des moindres puisque 8 heures de vol nous séparent de l’ile magnifique sur laquelle nous avons passé 12 jours.
Pour préparer ce voyage, fidèle à moi-même, j’ai écumé les blogs pour recueillir les bons plans, les impressions et surtout ne rien louper. Malheureusement, j’ai pu constater qu’il y a peu de blogueurs qui sont passés sur l’île de la Martinique. (Quoique, pendant notre séjour, l’office de tourisme de la Martinique organisait un blog trip d’une 10 aine de blogueuses) On a donc poncé Google, a la recherche d’impressions fraiches et non sponsorisées et nous avons découvert le blog de Ti piment qui nous a permis de lire un regard qui ne soit pas celui du Routard ou de Lonely Planet.
grande anse d'arlet

Avant de partir

Billets d’avion : Nous avons acheté nos billets 3 semaines avant notre séjour. D’abord, un Lorient – Paris Orly, puis un Paris – Fort de France. Pour ce premier vol en avion, j’ai pris le temps de lire les avis sur les deux compagnies abordables qui proposent des vols Orly – Fort de France. Notre choix s’est finalement porté sur Air Caraïbe. Nous en avons eu pour 750€ de billets, assurance, supplément baguage et choix des sièges compris.

 

Le logement : La question de l’hôtel ne s’est jamais posé chez nous, peut-être une question de génération… Nous avons donc opté pour un logement découvert sur Abritel. Étant donné que nous nous sommes décidé à partir 3 semaines avant la date du séjour, le nombre de logements ultra cool réduisaient au fils des jours. Mais on a trouvé ! Nous avons stoppé nos recherches sur La Villa Manguier, un charmant gîte tenue par un couple de parisiens expatrié sur l’île il y a 15 ans.
Cet Abritel est idéalement placé, à 1 heure de tout et à 2 minutes de la voie rapide. Ce logement est un charmant T2, inclus dans la villa des propriétaires, avec un accès direct que la piscine ! Karine et Alain proposent 3 locations de vacances à un tarif de 65€ par nuits. Un bon tarif par rapport à tout ce que nous avions pu voir sur internet. D’autant plus qu’au delà, du logement, nous avions le charme de la piscine, entouré d’un superbe jardin tropical.

 

La voiture : les comparateurs de prix nous ont rapidement dirigés vers JumboCar, une compagnie disponible dans l’Aéroport de Fort de France. Finalement, nous avons réservé une voiture chez EuropCar, en utilisant les offres partenaires de notre assurance maison. Heureusement, Mathieu que est là pour y penser ! Nous avons donc eu pour 400€ les 12 jours de location de voitures. Par ailleurs, petit conseil, si vous n’êtes pas à l’aise en voiture, je vous conseille de louer un bon véhicule, type 4×4, pour vous rendre dans le nord de l’île ainsi que Anse noire et Anse Dufour ou les axes routiers peuvent… Surprendre !

 

> En faisant nos recherches avant de tous réserver, nous avons également comparé les prix avec les sites proposant des séjours organisés, notamment sur Comptoir des Voyages. Ouvrez l’œil car parfois, cela peut valoir le coup, notamment si vous prévoyez un circuit ou voyagez avec des enfants.

 

Le Guide : nous sommes partis équipés du Lonely Planet. J’ai toujours eu une petite préférence pour leurs guides qui s’approchent au mieux de ce que je recherche lors d’un voyage. Petit plus, il précise si chaque restaurant est équipé d’un lecteur carte bleu. Un détail à ne pas négliger lorsqu’on veut déjeuner dans un lolo de plage et qu’on n’a pas un sous en poche.
 phto mathieu 1anse defour pont memorial

Dans la valise

Les essentiels : pas besoin de vous préciser qu’avec 30° minimum, inutile d’envoyer votre doudoune. Shorts, t-shirt, débardeurs, robes… Ainsi qu’une tenue complètes (pantalons de jogging et veste à manche longue) pour les soirées, cela vous évitera pas mal de piqûres de moustique. Pour les chaussures, sandales de cuir, type tropézienne ainsi que des sandales de marches et une paire de chaussures de randonner feront bien le job ! Je suis également partie avec 6 maillots de bain que j’ai tous utilisé. L’air étant humide, les vêtements mettent plus de temps à sécher.
À ne pas oublier : au-delà de vos vêtements et maillots de bain, penser bien à envoyer avec vous de la crème solaire et de l’après-solaire. Nous nous sommes équipés d’un indice +50 et d’un après-solaire de la marque Biafine, ainsi que d’autres crèmes solaire indice 30 et 15. Prévoyez également votre trousse de premier secours avec quelques médicaments en cas de coup de chaleur ou spécialités locales pas toujours facile à digérer (haha). Enfin, bien sûr, n’oubliez pas d’étendre le stockage de votre téléphone ainsi que votre chargeur pour prendre un maximum de photos (on en a jamais assez)
Fallait y penser : le masque et tuba, avec la paire de palmes. Heureusement que nous en avions, sans quoi, nous n’aurions pas passé ce moment magique avec les tortues. La pochette étanche, que nous avons utilisée pour enterrer nos portables sous le sable lorsque nous étions tous les deux dans l’eau. Pensé également au petit roll apaisant aux huiles essentielles, à appliquer directement sur les piqûres de moustiques (merci Charlène pour le bon conseil)
etang des salines jardin balata

Sur place

Les courses : ayant atterri à 23 heures un samedi soir, nous craignons que les supermarchés soient fermés le dimanche, mais non ! En Martinique, il semblerait que tous soit ouvert le dimanche, de 8h à midi. Nous avons fait nos premières courses dans la première supérette rencontrée. C’était, comment dire… Ultra cher ! Une fois rentrés à la villa, nos propriétaires nous ont fortement conseillé de nous rendre au Carrefour Génipa et en effet, les tarifs sont quasiment les mêmes qu’en Métropole. Sachez que la Martinique met un point d’honneur à consommer locale. Déjà, pour réduire les coûts de transport et donc, les prix de vente, mais surtout pour maintenir l’emploi sur l’île. Une fois sur place, difficile pour nous de consommer du jambon Herta à la place du Ti pays et du jus d’orange Joker à la place du Mont Pelé. Ils sont tout aussi bon, beaucoup moins chers et le dépaysement va jusque dans l’assiette !
.
L’essence : Si je peux vous donner un conseil, ne rouler jamais avec moins d’un demi-plein d’essence. C’est un conseil du Lonely Planet que nous avons suivi et on a bien fait ! Après 7 jours sur l’île, la Martinique a entamé une grève des transports. Les stations d’essence n’ont donc pas été livrées. Notre demi-plein nous a permis de continuer les visites et d’éviter les longues, très longues heures d’attente aux quelques stations ravitaillées.
.
Les routes : La petite déception est de ne pas avoir été prévenue, sur les blogs ou les sites internet, de l’état des routes de la Martinique. Nous vivons en Bretagne, une région pas forcément connue pour ces montages… Par chance, Mathieu est à l’aise en voiture, mais même si nous avions souscrit au second conducteur, je n’ai pas pris le volant des vacances. Lors de notre visite à Anse Dufour, nous avons dû faire face à une côte vertigineuse. Sur le moment, mieux vaut ne pas râler pour déconcentrer le conducteur, engager la première vitesse et couper la clim pour avoir un peu de pêche ! Il nous est également arrivé de rencontrer de petits bouts de route effondrée, à flanc de montagne. Rien d’énorme, mais cela surprend toujours. Pour les personnes qui n’ont pas l’habitude de router en montagne, la conduite peut être stressante, dans certaines zones, mais nous avons passé le ¾ de nos trajets sur des routes agréables, dont une voie rapide qui reliaient notre logement aux plages paradisiaques, c’est l’essentiel !
.
Les visites : nous avons favorisé un planning « plage le matin, visite l’après-midi » qui nous a vraiment convenu. Vous pouvez retrouver toutes nos visites et bons plan dans nos différents articles sur la Martinique, juste ici. Par contre, la grève d’essence durant la fin de notre séjour nous a contraint à passer nos deux dernier jours à la plage. Une fausse contrainte qui nous a permis de renforcer nos bronzages avant le retour en France et ses 12°.
.
Et bien sure… un premier voyage qui nous en a mis plein les yeux. On nous avait prévenue, et je pense que, en effet, nous avons étés piqué par le virus de voyage. Il nous tarde de nous envoler à nouveau.
clubmedCet article contient un lien partenaire