Browsing Tag

martinique

Trips

La distillerie Clément en Martinique

rhumerie_clement_martinique_chai_homer_distillerie_clement_rhum

Lors de notre voyage, nous avons visité l’Habitation Clément. C’est une visite que je vous conseil vraiment. L’habitation Clément est réputée pour être la plus belle distillerie des Antilles. C’est une ancienne rhumerie, qui n’est donc plus en activité, située sur une magnifique propriété arborée que l’on peut visiter au François. Nous nous y sommes rendu après une après-midi à la plage et la visite c’est faite facilement. En 2 heures, vous avez tous le temps de profiter du décors, de l’exploitation et des bonnes odeurs du rhum qui vieillit dans les chais.

La propriété regroupe un parc où cohabitent plants exotiques, œuvre d’art et cannes à sucre, ainsi que 11 bâtiments ouverts au public. Les plus intéressants sont la maison de maîtres, et les chais. A notre arrivé, un audio-guide nous est remis à l’entrée. Les explications sont très bien faites et nous permettent d’apprendre beaucoup de choses au sujet de l’habitation. Le parcours de visite nous permet de découvrir les anciennes installations de production ainsi que les chais de stockage. Aujourd’hui le rhum n’est plus fait sur place. Mais le vieillissement se fait encore dans les chais, pour le plus grands plaisir de vos narines. Ils renferment plus d’un million de litres de rhum qui vieillissent dans des fûts et des foudres de chêne. Certain fûts sont d’anciens fûts de Bourbon, acheté en seconde main, aux USA. Ce qui donnerait un goût particulier aux rhum qui y vieillissent. Les fûts à l’exportation sont marqués au pochoir. Une collection de pochoirs en laiton est présentée.

MG_6696 rhumerie_clement_martinique_parc_oeurvres_artrhumerie_clement_martinique_parc_oeurvres_art_palmiers

La maison de maîtres, situé comme toujours, sur les hauteurs de l’exploitation, est une magnifique habitation typiquement créole. Elle a été achetée en 1887 par Homère Clément. Aujourd’hui, elle est entièrement meublée avec des meubles de style Compagnie des Indes orientales et occidentales des 18e et 19e siècles. Lors de notre séjour, c’est la seule habitation que nous avons pu visiter de la sorte et je vous la conseille vraiment ! C’est un moment magnifique ! Toutes les pièces sont ouvertes et nous donne l’impression d’avoir remonté dans le temps. Un mur est dédié aux photos des personnalités qui y sont venues en visite. Un clin d’œil amusant où on apprend ainsi que Jacques Chirac y est venu a plusieurs reprises. François Mitterrand également y a séjourné lors d’un sommet avec Georges Bush a l’issue de la guerre du Golf. Un espace dans la visite y est d’ailleurs dédiée.

L’habitation clément comprend également un bâtiment dédié à l’art moderne. Celui Des amis de l’habitation Clément qui organise une saison annuelle d’expositions d’art contemporain. Enfin, comme pour chaque musés, la visite se termine dans la boutique où une dégustation de rhum vous attend. Je vous conseil d’y succomber pour apprécier par vous même toutes les spécificités du rhum. Brun, blanc, vieux ou shrumb… c’est une farandole de goût que vous allez pouvoir découvrir. Et croyez moi, ce sont ces moments là qui rendent un voyage mémorable.

clement2-1 distillerie_clement_martnique_rhum_visite

Distillerie Clément
domaine de l’acajou, Le François 97240, Martinique

Ouvert tous les jours, de 9h00 à 18h30 (dernière entrée à 17h30 pour l’Habitation Clément)

Entrée adulte : 12€ Enfant entre 7 et 17ans : 7€ moins de 7 ans : gratuit

Trips

Nos incontournables de la Martinique

anse d'arlet en martinique

L’an dernier, nous nous sommes rendu en Martinique pour 12 jours, à la fin du mois de mars. C’est la saison idéale pour découvrir l’île créole, à la fin de la saison des pluies, l’équivalent de notre été métropolitain. Là bas, nous avons profité d’une moyenne de 30° toute la journée, en short et tongs du petit déjeuner au coucher. Le climats idéal pour arpenter les visites incontournables de l’île. 12 jours, c’est un bon compromis pour visiter l’île, ce n’est pas trop court et suffisant pour faire les plus belles visites, tout en profitant de la plage chaque jour. Comme pour chaque destinations, nous avons nos coups de cœur, ce que nous vous conseillons vivement si vous vous y rendez pour seulement une semaine sur place, par exemple.

Nager avec les tortues

Notre Lonely Planet ainsi que les différents blogs que nous avions consultés avant notre départ nous parlais d’un spot où nous serions sûres d’en voir, il s’agit de l’Anse noire.

C’était la première fois que nous faisions du snorkeling. Et quelle première ! À notre arrivée, vers 8h du matin, il n’y avait qu’un seul couple sur la plage d’Anse noire. C’était parfait pour profiter des fonds marins. Nous avons mis moins de 10 minutes pour trouver une tortue et son petit. Un moment magique sur une plage presque déserte. Un très bon moment qui sûrement le meilleur de notre séjour. Après 1 ou 2 heures, nous replions nos serviettes pour nous rendre à pied sur la plage d’Anse Dufour, juste à côté, pour bronzer. J’y vois encore deux tortues avec facilité pendant que Mathieu profite des poissons colorés.

Le Jardin de Balata

Le Jardin de Balata, tous les guides en parlent et pour cause, c’est un spot magnifique ! Le jardin de Balata est un jardin botanique privé,Commencé en 1982 par son propriétaire, Jean-Philippe Thoze, situé à 10 kilomètres au nord du centre-ville de Fort-de-France, au bord de la magnifique Route de la Trace, en Martinique. Avant même d’y arriver, ouvrez les yeux puisque la route de la trace est vraiment magnifique, à la végétation luxuriante (enfin, si vous être passager, car pendant ce temps-là, le conducteur doit rester concentré)

La visite du parc compte environs 2 heures, mais je vous conseille de prendre votre temps et profiter de chaque point de vu, chaque plant. C’est magnifique, humique, végétal, coloré et si vous avez un peu de chance comme nous, vous croiserez peut-être un matoutou falaise.

Tarif : 13€50

La rhumerie Clément

L’Habitation Clément est une ancienne rhumerie sur une magnifique propriété que l’on peut visiter au François. S’il y avait une seule Rhumerie à faire lors de votre séjour en Martinique, ce serait celle de L’Habitation Clément, sans hésitation. La visite de l’Habitation Clément prend environs 2 heures, elle débute par la découverte du parc dans lequel cohabitent plants exotiques, œuvres d’art et cannes à sucre. Ensuite, vous pénétrez dans l’exploitation et là, c’est le genre de moment où on regrette ne pas pouvoir rapporter avec nous les odeurs d’un voyage. Un doux mélange de rhum et de fût de chêne propre aux rhumeries.

Le parcours vous permet de découvrir les anciennes installations de production ainsi que les chais de stockage. Aujourd’hui le rhum n’est plus fait sur place. Mais le vieillissement se fait encore dans les chais. La propriété regroupe 11 bâtiments ouverts au public. Nos coups de cœur vont à la maison de maître, et l’odeur des chais, vous l’aurez compris.

Tarif : 12€

Anse Michel

Sur les bons conseils de notre hôte, nous nous sommes rendu sur la plage d’Anse Michel, situé à Cap Chevalier, dans la pointe Sud Est de l’île. L’une des plages lagon incontournables de l’île. Pour s’y rendre, il faut emprunter un ponton qui surplombe un étang asséché, puis traverser quelques mètres de mangrove. Un décor désertique puis chaotique qui nous mène sur une plage de rêve. Loin de la ville, son aspect naturel nous a séduit et le bleu turquoise cristallin de l’eau nous a convaincu pour plusieurs séances de bronzette pendant le séjour.

La Savane des esclaves

Impossible de séjourner sur l’île de la Martinique sans en apprendre d’avantage sur l’esclavagisme qu’a connut l’île dans le passé. Plusieurs sites en parlent tel que la Rhumerie Clément, la Bananerais ou encore le musé de la canne. Mais pour en découvrir d’avantage, je vous conseille vivement la Savane des Esclave. Il s’agit d’un village d’esclaves reconstitué de 15 cases traditionnelles, 18 panneaux bilingues, un jardin créole et un jardin médicinal qui sont à découvrir avec votre guide et en autonomie.

Chaque premier dimanche du mois, la savane organise une dégustation de cassave, des galettes de manioc fourrée à la confiture. On a pu en profiter avec Mathieu et c’était vraiment sympa de découvrir cette spécialité culinaire préparée sous nos yeux.

Tarifs : 9 € adultes et 4€ pour les enfant

Trips

Martinique. le jardin de Balata

jardin de balata visiter la martinique antilles blog voyage caraibes

Lors de notre séjour en Martinique, nous avons visité le magnifique jardin de Balata. Situé à 10 kilomètres au nord du centre ville de Fort-de-France, au bord de la magnifique Route de la Trace, Le Jardin de Balata est un jardin botanique privé, commencé en 1982 par son propriétaire, Jean-Philippe Thoze. Si vous êtes amateur de nature c’est un parc que je vous recommande vivement.

Ce petit coin de paradis tropical regroupe pas moins de 3000 espèces végétales que vous prendrez plaisir à découvrir et surtout photographier lors des 1h30 de visites (Environs… nous, nous avons fait le tour à 2 reprises). Les découvertes seront nombreuses si c’est votre premier voyage aux Antilles. Je vous conseille vivement de lire les pancartes de présentations des espèces et d’ouvrir l’œil. Notre visite du Jardin de Balata a été l’occasion de découvrir le figuier maudit, cet étrange arbre au système de développement étouffant. On le dit maudit puisque lorsqu’une guêpe, une chauve-souris ou un oiseau dissémine la graine d’un figuier au-dessus d’une branche d’un autre arbre, un développement très étonnant va se mettre naturellement en marche grâce à un réseau de racines aériennes. Les racines de ce nouveau figuier vont s’enrouler autour de l’arbre pour rejoindre à la fois le sol et le ciel de l’arbre jusqu’à l’étouffer. C’est ainsi qu’en levant la tête, on peut apercevoir tout en haut d’un figuier maudit, les palmes d’un palmier. L’arbre étouffé est toujours là !

L’autre belle surprise de notre visite du Jardin de Balata n’est autre que notre rencontre avec la célèbre matoutou falaise, la mygale de Martinique.Cette mygale endémique de la Martinique peut mesurer jusqu’à 20 cm. Dieu merci, je n‘en ai pas croisé une aussi grosse, mais cette rencontre inespéré aura su me faire verser quelques larmes… Phobie quand tu nous tiens. C’est malgré tout un magnifique souvenir.

_MG_6620jardin botanique Balata matoutou Martinique caraibes antilles voyage blog travelblog

Tarifs : 
Adulte : 13,50 € 
Enfant de 3 à 12 ans : 7,50 €    -    Moins de 3 ans : Gratuit
Vous arrivez au jardin avec un véhicule Europcar ? 
Présentez la clé de votre véhicule de location Europcar à l'accueil du jardin 
et bénéficiez d'une remise immédiate de 10% sur le prix d'entrée ! 
(Offre non cumulable).
Heures d'ouvertures :
Ouvert tous les jours de 9h00-18h00 sans interruption 
(Dernière admission à 16h30)

 

jardin botanique Balata Martinique caraibes antilles voyage blog travelblog balata_tropical_garden_voyage_martinique_visite_blog

Trips

Martinique, Anse noire

anse noire

Il y a des souvenirs qui ne se détériorent pas avec le temps. 5 mois après notre premier voyage en Martinique, j’ai l’impression d’avoir gardé intact mes souvenirs de cette magnifique journée passée à Anse noir et Anse Dufour, à l’ouest de l’île aux fleurs.

Avant même de nous rendre en Martinique, nous avions déjà prévu de découvrir la magnifique plage d’Anse noire, au sud ouest de l’île. Une curiosité naturelle au sable noir situé à quelques mètres de sa plage jumelle, Anse Dufour, faite de sable blanc. En plus de sa beauté captivante, Anse noire a l’énorme avantage d’être occupée par des tortues. Nous savions donc qu’une fois sur place, nous avions toutes nos chances de passer un moment magique et se fût chose faite.

anse noire tortule

Se rendre à Anse Noire n’est pas si simple que ça. La plage est très facile à trouver et tous les GPS l’indique. Par contre, si comme nous, vous n’aviez jamais conduit en montagne, vous allez être servi ! La route n’est pas très jolie. Lors de notre passage, il manquait même certains abords de route, écroulé dans le ravin et nous avons pris des pentes comme nous n’en avions jamais croisé en Métropole. Autant vous dire qu’après les coups de chaud pendant le trajet, nous étions vraiment ravis d’arriver à destination. Pour plus de tranquillité, je vous conseillerais de prévoir d’arriver sur Anse noir avant les 9h du matin. Cela vous garantit un faible trafic dans les lacets, mais également une place de parking qui ne soit pas en pleine pente à 40 degré. En effet, vos GPS indiqueront bien un parking sur place, mais celui-ci n’est que de 10 places.

ça, c’était pour l’info utile que nous nous aurions bien aimé avoir avant de nous y rendre.

Il faut savoir que Anse Noire avec avant tout une crique. On doit descendre une 40 aine de marches pour s’y rendre et la plage n’est pas énorme. Y aller le matin, c’est en profiter à fond. Avec Mathieu nous y sommes resté de 8h à 10h30 et nous étions seulement 4 ou 5 couples sur la plage à la fin de notre passage. Le kiff.

Sur place, à peine garée, je sautillais d’impatience à l’idée de descendre sur la plage d’Anse Noire. Je n’avais jamais voyagé avant de me rendre en Martinique et là, en quelques minutes, j’allais découvrir pour la première fois une plage de sable de noire, faire du snorkeling et surtout… nager avec les tortues. Dans un premier temps, j’étais émerveillé par la plage de sable noir. J’y ai glissé mes pieds, pris des photos, joué avec ce sable. Non, je ne suis pas allé jusqu’à faire des châteaux de sable, mais j’avoue, j’étais comme une gosse.

Mathieu a été le premier à plonger dans l’eau. Il a l’habitude d’aller à la pêche au tuba en Bretagne, mais pour moi, nager dans d’énormes bancs de poissons est une première. Vu du ponton, ça grouille de partout, mais il y a bien des tortues, un couple dans l’eau nous le confirme. Il n’aura pas fallu plus pour que Mathieu effile ces palmes puis revient à toute vitesse jusqu’à la serviette chercher la Go Pro. « Il y a une tortue avec son bébé ! » Ouaa, c’est magique. Tant pis pour les poissons, je veux les voir ! Mathieu rigole en m’entendant crier à travers mon tuba, mais après quelques minutes on oublis tout ces poissons et on reste là, immobile dans l’eau à observer une tortue manger des algues. C’est magique, apaisant, relaxant. C’est mieux qu’une séance de yoga ! On apprécie de moment comme jamais.

Vers 10h30, après avoir suivi la même tortue, nous décidons de changer de plage et aller sur Anse Dufour. Même parking, même emplacement, mais changement d’ambiance totale. Anse Noire est sauvage tandis qu’Anse Dufour propose 2 Lolos et 1 petit snack, face à la plage de sable blanc. Elle semble plus familiale. 2 plages sur le même site pour 2 ambiances différentes, nous y avons bronzés tous le reste de la journée. Sur Anse Dufour, les tortues sont toujours présentes, mais ce jour-là, de minuscules méduses se trouvaient également dans l’eau et je n’ai donc pas passé tout mon temps à les observer, pour le plus grand plaisir de mon bronzage. Nous avons également déjeuné sur la plage, chez Nini. C’était parfait, simple et pas cher, mais attention, elle ne prend pas la carte bleue. Prévoyez le coup.

Anse Noire et Anse Dufour sont des incontournables de la Martinique. Ne pas s’y rendre serait louper quelques chose de magnifique, je vous le conseil vraiment et vous OBLIGE à vous y rendre !

 

IMG_3819 IMG_3825 anse noir martinique aklanoa blog voyage caraibesanse ducourf martinique aklanoa blog voyage caraibes

 

Trips

La Martinique, notre premier voyage

Anse michel
Il y a un peu plus d’une semaine, nous sommes rentrées de notre voyage en Martinique. Un premier vrais voyage pour moi, comme pour Mathieu, avec un premier vol en avion… et pas des moindres puisque 8 heures de vol nous séparent de l’ile magnifique sur laquelle nous avons passé 12 jours.
Pour préparer ce voyage, fidèle à moi-même, j’ai écumé les blogs pour recueillir les bons plans, les impressions et surtout ne rien louper. Malheureusement, j’ai pu constater qu’il y a peu de blogueurs qui sont passés sur l’île de la Martinique. (Quoique, pendant notre séjour, l’office de tourisme de la Martinique organisait un blog trip d’une 10 aine de blogueuses) On a donc poncé Google, a la recherche d’impressions fraiches et non sponsorisées et nous avons découvert le blog de Ti piment qui nous a permis de lire un regard qui ne soit pas celui du Routard ou de Lonely Planet.
grande anse d'arlet

Avant de partir

Billets d’avion : Nous avons acheté nos billets 3 semaines avant notre séjour. D’abord, un Lorient – Paris Orly, puis un Paris – Fort de France. Pour ce premier vol en avion, j’ai pris le temps de lire les avis sur les deux compagnies abordables qui proposent des vols Orly – Fort de France. Notre choix s’est finalement porté sur Air Caraïbe. Nous en avons eu pour 750€ de billets, assurance, supplément baguage et choix des sièges compris.

 

Le logement : La question de l’hôtel ne s’est jamais posé chez nous, peut-être une question de génération… Nous avons donc opté pour un logement découvert sur Abritel. Étant donné que nous nous sommes décidé à partir 3 semaines avant la date du séjour, le nombre de logements ultra cool réduisaient au fils des jours. Mais on a trouvé ! Nous avons stoppé nos recherches sur La Villa Manguier, un charmant gîte tenue par un couple de parisiens expatrié sur l’île il y a 15 ans.
Cet Abritel est idéalement placé, à 1 heure de tout et à 2 minutes de la voie rapide. Ce logement est un charmant T2, inclus dans la villa des propriétaires, avec un accès direct que la piscine ! Karine et Alain proposent 3 locations de vacances à un tarif de 65€ par nuits. Un bon tarif par rapport à tout ce que nous avions pu voir sur internet. D’autant plus qu’au delà, du logement, nous avions le charme de la piscine, entouré d’un superbe jardin tropical.

Profitez de -25€ sur votre première réservation Air Bnb avec ce lien.

La voiture : les comparateurs de prix nous ont rapidement dirigés vers JumboCar, une compagnie disponible dans l’Aéroport de Fort de France. Finalement, nous avons réservé une voiture chez EuropCar, en utilisant les offres partenaires de notre assurance maison. Heureusement, Mathieu que est là pour y penser ! Nous avons donc eu pour 400€ les 12 jours de location de voitures. Par ailleurs, petit conseil, si vous n’êtes pas à l’aise en voiture, je vous conseille de louer un bon véhicule, type 4×4, pour vous rendre dans le nord de l’île ainsi que Anse noire et Anse Dufour ou les axes routiers peuvent… Surprendre !

 

> En faisant nos recherches avant de tous réserver, nous avons également comparé les prix avec les sites proposant des séjours organisés, notamment sur Comptoir des Voyages. Ouvrez l’œil car parfois, cela peut valoir le coup, notamment si vous prévoyez un circuit ou voyagez avec des enfants.

 

Le Guide : nous sommes partis équipés du Lonely Planet. J’ai toujours eu une petite préférence pour leurs guides qui s’approchent au mieux de ce que je recherche lors d’un voyage. Petit plus, il précise si chaque restaurant est équipé d’un lecteur carte bleu. Un détail à ne pas négliger lorsqu’on veut déjeuner dans un lolo de plage et qu’on n’a pas un sous en poche.
 phto mathieu 1anse defour pont memorial

Dans la valise

Les essentiels : pas besoin de vous préciser qu’avec 30° minimum, inutile d’envoyer votre doudoune. Shorts, t-shirt, débardeurs, robes… Ainsi qu’une tenue complètes (pantalons de jogging et veste à manche longue) pour les soirées, cela vous évitera pas mal de piqûres de moustique. Pour les chaussures, sandales de cuir, type tropézienne ainsi que des sandales de marches et une paire de chaussures de randonner feront bien le job ! Je suis également partie avec 6 maillots de bain que j’ai tous utilisé. L’air étant humide, les vêtements mettent plus de temps à sécher.
À ne pas oublier : au-delà de vos vêtements et maillots de bain, penser bien à envoyer avec vous de la crème solaire et de l’après-solaire. Nous nous sommes équipés d’un indice +50 et d’un après-solaire de la marque Biafine, ainsi que d’autres crèmes solaire indice 30 et 15. Prévoyez également votre trousse de premier secours avec quelques médicaments en cas de coup de chaleur ou spécialités locales pas toujours facile à digérer (haha). Enfin, bien sûr, n’oubliez pas d’étendre le stockage de votre téléphone ainsi que votre chargeur pour prendre un maximum de photos (on en a jamais assez)
Fallait y penser : le masque et tuba, avec la paire de palmes. Heureusement que nous en avions, sans quoi, nous n’aurions pas passé ce moment magique avec les tortues. La pochette étanche, que nous avons utilisée pour enterrer nos portables sous le sable lorsque nous étions tous les deux dans l’eau. Pensé également au petit roll apaisant aux huiles essentielles, à appliquer directement sur les piqûres de moustiques (merci Charlène pour le bon conseil)
etang des salines jardin balata

Sur place

Les courses : ayant atterri à 23 heures un samedi soir, nous craignons que les supermarchés soient fermés le dimanche, mais non ! En Martinique, il semblerait que tous soit ouvert le dimanche, de 8h à midi. Nous avons fait nos premières courses dans la première supérette rencontrée. C’était, comment dire… Ultra cher ! Une fois rentrés à la villa, nos propriétaires nous ont fortement conseillé de nous rendre au Carrefour Génipa et en effet, les tarifs sont quasiment les mêmes qu’en Métropole. Sachez que la Martinique met un point d’honneur à consommer locale. Déjà, pour réduire les coûts de transport et donc, les prix de vente, mais surtout pour maintenir l’emploi sur l’île. Une fois sur place, difficile pour nous de consommer du jambon Herta à la place du Ti pays et du jus d’orange Joker à la place du Mont Pelé. Ils sont tout aussi bon, beaucoup moins chers et le dépaysement va jusque dans l’assiette !
.
L’essence : Si je peux vous donner un conseil, ne rouler jamais avec moins d’un demi-plein d’essence. C’est un conseil du Lonely Planet que nous avons suivi et on a bien fait ! Après 7 jours sur l’île, la Martinique a entamé une grève des transports. Les stations d’essence n’ont donc pas été livrées. Notre demi-plein nous a permis de continuer les visites et d’éviter les longues, très longues heures d’attente aux quelques stations ravitaillées.
.
Les routes : La petite déception est de ne pas avoir été prévenue, sur les blogs ou les sites internet, de l’état des routes de la Martinique. Nous vivons en Bretagne, une région pas forcément connue pour ces montages… Par chance, Mathieu est à l’aise en voiture, mais même si nous avions souscrit au second conducteur, je n’ai pas pris le volant des vacances. Lors de notre visite à Anse Dufour, nous avons dû faire face à une côte vertigineuse. Sur le moment, mieux vaut ne pas râler pour déconcentrer le conducteur, engager la première vitesse et couper la clim pour avoir un peu de pêche ! Il nous est également arrivé de rencontrer de petits bouts de route effondrée, à flanc de montagne. Rien d’énorme, mais cela surprend toujours. Pour les personnes qui n’ont pas l’habitude de router en montagne, la conduite peut être stressante, dans certaines zones, mais nous avons passé le ¾ de nos trajets sur des routes agréables, dont une voie rapide qui reliaient notre logement aux plages paradisiaques, c’est l’essentiel !
.
Les visites : nous avons favorisé un planning « plage le matin, visite l’après-midi » qui nous a vraiment convenu. Vous pouvez retrouver toutes nos visites et bons plan dans nos différents articles sur la Martinique, juste ici. Par contre, la grève d’essence durant la fin de notre séjour nous a contraint à passer nos deux dernier jours à la plage. Une fausse contrainte qui nous a permis de renforcer nos bronzages avant le retour en France et ses 12°.
.
Et bien sure… un premier voyage qui nous en a mis plein les yeux. On nous avait prévenue, et je pense que, en effet, nous avons étés piqué par le virus de voyage. Il nous tarde de nous envoler à nouveau.
clubmedCet article contient un lien partenaire